RDC : Les Rwandophones vivant au Congo inquiets pour leur sécurité après de nombreux discours de haine

La tension entre la république démocratique du Congo et le Rwanda est toujours vive, en témoigne l’incident passé il y a quelques jours d’un militaire FARDC qui as agressé les policiers Rwandais à la petite barrière

Et les conséquences de cette tension sont diverses, mais celles liées à la xénophobie et la chasse aux sorcières contre les rwandophones dans quasiment tous les coins de la RDC, sont de plus en plus préoccupantes.

Malgré les condamnations des discours de haine qui gagnent du terrain et l’appel des autorités à œuvrer pour la cohésion communautaire et sociale, de nombreux cas de stigmatisation des rwandophones sont signalés à travers le pays.
Ce samedi 18 juin 2022, un cas de lynchage « d’un sujet au faciès rwandais » a été rapporté à Kindu.


Ce dimanche 19 juin 2022 dans les rues à Kinshasa, des hommes armés des machettes, présentés comme des membres de la Brigade spéciale de l’UDPS partie cher à Félix Tchisekedi président au pouvoir, ont été filmés en train de fouiller des véhicules notamment, « pour retrouver d’éventuels rwandais », et cela au su et au vu des policiers qui visiblement ont laissé faire.

A Goma, des chants hostiles aux rwandophones ont été entendus lors du rapatriement du corps du militaire congolais abattu à la petite barrière par des gardes-frontières rwandais.
Il y a quelques jours, le représentant des Tutsis au Nord-Kivu, le sénateur David Karambi, « avait appelé à arrêter d’assimiler les Tutsis aux rebelles du M23. »

“Quand vous trouvez un Tutsi dans la rue ou sur la place publique, ne le traitez pas d’un élément du M23, SVP, traitez-le d’un sujet congolais; et s’il est accusé d’être en complicité avec le groupe armé M23, qu’il subisse la rigueur de la loi”, le représentant des Tutsis au Nord-Kivu.

Please Post Your Comments & Reviews

Your email address will not be published. Required fields are marked *